Araouane

Araouane est un petit village dans la partie malienne du
Sahara , à environ 260 kilomètres au nord de Tombouctou sur la route de
Taoudeni, une partie de la communauté Salam dans le Cercle de Tombouctou.
Le village servit autrefois d’entrepôt dans le commerce transsaharien. Cette ancienne oasis devint une station des routes de commerce transsaharien . Araouane est aujourd’hui un village autour duquel vit une population nomade constituée de tribus arabo-berbères.
Araouane connut le temps de l’utilisation prédominante des
chameaux pour le transport à travers le Sahara. Il était très important en raison de ses puits profonds localisés dans le domaine de Wadi Wadi Tamandourirt .
Il y a en tout 1 200 maisons, 27 au centre du village, les autres en périphérie dont une cinquantaine autour des quelques puits restant.
Araouane est une escale touristique pour les voyages vers le nord du Mali en caravane ou jeep .
Historique

Araouane était la capitale administrative de l’émirat Berabiche dirigé par la famille Ahel Rehal de la tribu de Oulad sleiman
En 1906 , Araouane avait une population beaucoup plus importante que maintenant. Au moment de la visite d’une unité du corps français de méharistes, le village comptait entre 900 et 1000 habitants.
En 1828 , l’explorateur français René Caillié, traverse Araouane lors de son voyage de Tombouctou à travers le Sahara jusqu’au Maroc . Il a voyagé en mai, le mois le plus chaud de l’année où la température maximale moyenne à Tombouctou est de 43 – 44 °C. Il a quitté Tombouctou avec une caravane de 600 chameaux qui transportaient de l’ or, des esclaves , de l’ ivoire, de la
gomme arabique , des plumes d’autruche et du tissu. La caravane a voyagé surtout la nuit, a pris six jours pour atteindre Araouane où l’explorateur s’est arrêté pendant neuf jours avant de repartir vers
Taoudeni avec 800 chameaux de plus. Il donne cette description de Araouane :

El-Arawan comme Tombouctou ne possède pas de ressources propres. Il est l’entrepôt du sel de Toudeyni (Taoudenni ), qui est exporté vers Sansanding sur les rives de la Dhiolibâ (fleuve du Niger). Son sol est encore plus aride que celui de Tombouctou. Aucune trace de végétation ne s’offre au regard. Les chameaux des caravanes doivent aller très loin pour le fourrage. Le bois est si rare que rien n’est brûlé, sauf la bouse de chameau soigneusement recueillie par les esclaves. C’est le seul combustible utilisé, même pour la cuisson. Les Maures rassemblent leurs chameaux tous les six jours pour les abreuver aux puits aux environs de la ville. Ces puits sont environ soixante et peu profonds. Un chameau est utilisé pour tirer le seau en peau par une poulie. L’eau de ces puits est saumâtre, chaude, et très malsaine.

Religion

La population d’Araouane qui est constituée essentiellement des Berabiches est à100% musulmane
Le village contient trois mosquées :
La mosquée Kunta
La mosquée du vendredi
La mosquée Sidi Ahmed Ben Aggda

Publicités

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s